Shoujo Kageki Revue Starlight

Année : 2018

Par : Kinema Citrus, Tomohiro Furukawa, Tatsuto Higuchi 

Durée : 12 épisodes

PV

Petites, Karen et Hikari se sont fait une promesse : devenir des stars de revue musicale et jouer toutes les deux dans la revue Starlight. Elles intègrent toutes les deux les académies les plus prestigieuses pour réaliser ce rêve, Karen au Japon et Hikari en Angleterre. Nous suivons Karen en cours d’éducation, préparant Starlight avec ses camarades. Elle est surprise et ravie de revoir Hikari, qui a quitté Londres pour Tokyo pour des raisons floues. Karen découvre qu’elle et ses autres amies s’affrontent dans le sous-sol de l’académie via des duels intenses qui détermineront qui est la star la plus brillante. Cette dernière aura droit à voir son vœu exaucé. Karen ne faisait pas partie des candidates de cette « audition », mais elle intervient quand même, et décide de gagner cet étrange tournois.  Continuer à lire … « Shoujo Kageki Revue Starlight »

Publicités

Premières Impressions sur les Animes d’Automne 2018

Remontons-nous les manches, l’année 2018 n’a pas dit son dernier mot !

  • Mon opinion est basée exclusivement sur le premier épisode, qui souvent ne reflète pas le reste de la série,
  • Cliquez sur le titre pour accéder au simulcast français, quand il y en a.

Continuer à lire … « Premières Impressions sur les Animes d’Automne 2018 »

Phantom in the Twilight

Année : 2018

Par : Liden Films, Kunihiro Mori, Fumiaki Maruto

Durée : 12 épisodes

PV

Ton et Shinyao sont des étudiantes chinoises qui déménagent à Londres pour poursuivre leurs études. Mais à peine arrivées, elles sont plongées dans le monde inquiétant des « Umbras », des créatures plus ou moins agressives nées de sentiments et fantasmes humains. Ton fait connaissance avec des Umbras domptés par son ancêtre, une puissante magicienne qui a lutté pour la coexistence des hommes et de ces créatures, tandis que Shinyao est capturée par un organisme louche. Ton jure de sauver son amie, avec l’aide de ses nouveaux compagnons. Le jour elle les aide à tenir le café qui leur sert de couverture, et la nuit elle part à la chasse…

Une perle-rare dans le paysage des reverse-harems, grâce à son héroïne volontaire et indépendante qui le reste tout du long et qui ne lâche rien pour sauver sa meilleure amie. Si vous voulez voir un anime de ce genre qui met en valeur les amitiés féminines, qui respecte l’autonomie de son héroïne et dont les prétendants ne sont pas des agresseurs en puissance, vous l’avez trouvé. C’est aussi un anime d’action surnaturelle tout à fait honnête, avec une histoire complète et cohérente : la fin apporte une jolie conclusion aux aventures de Ton et Shinyao tout en résolvant quelques mystères. J’aurais aimé que certains aspects du scénario soient mieux développés, mais ils ont fait comme ils ont pu avec le temps restreint dont ils disposaient. Et en parlant de restrictions, la production est malheureusement dans la norme de ces animes : très médiocre, avec des visuels de plus en plus approximatifs (voire catastrophiques vers le milieu) et des scènes de combats entièrement occultées comme elles n’ont pas pu être animées. C’est décevant, mais pas très étonnant. J’espère que d’autres reverse-harems pourront enchaîner sur ces bonnes idées, tout en recevant des moyens plus adéquats.

Ma note : 6/10

Hanebado!

Année : 2018

Par : Liden Films, Shinpei Ezaki, Taku Kishimoto

Durée : 13 épisodes 

PV

Ayano Hanesaki avait tout pour devenir un crack du badminton : d’excellents réflexes, une mère championne pour l’entraîner, et un bon mental. Mais quand sa mère l’abandonne après un match perdu, Ayano devient un monstre qui écrase sans joie toutes ses adversaires. Dégoûtée de la compétition, elle décide d’arrêter ce sport. Au lycée, sa meilleure amie la force à intégrer le club de badminton, et elle se retrouve face à Nagisa Aragaki, une ancienne adversaire qu’elle avait battue à plate couture juste avant de tout plaquer.  Continuer à lire … « Hanebado! »

Box of Goblins

Année : 2008

Par : Madhouse, Ryousuke Nakamura, Sadayuki Murai

Durée : 13 épisodes

PV

En 1952, un groupe d’amis érudits (dont les professions vont de détective à vendeur de livres anciens) se réunissent pour essayer de résoudre une curieuse affaire. Suite à un terrible accident de train, la jeune Kanako a disparu de l’hôpital où elle était internée. Peu de temps après d’autres femmes se sont volatilisées, et des boîtes contenant leurs membres découpés ont été découvertes. Où est passé Kanako, et quel est le lien avec les autres crimes commis dans la région ?

Le parfait anime d’enquête policière. C’est difficile de trouver mieux en terme de structure de la narration, de raffinement des dialogues, de subtilité de la mise en scène. Et ça n’a pas dû être particulièrement aisé à adapter : il a fallu reconstituer l’ère Showa, animer un grand nombre de personnages en rendant justice au design des CLAMP, et surtout réécrire un roman très littéraire, qui n’a pas grand chose à voir avec les Light Novels au texte imagé auxquelles nous sommes plus habitués. De plus on devine que les gens de Madhouse ont opté pour une adaptation fidèle, si bien que l’anime est très chargé en séquences de dialogues. Préparez-vous à suivre beaucoup de discussions autour de tables. 

Ça rend Box of Goblins un peu difficile d’accès, mais j’ai trouvé ça magnifiquement exécuté et je ne me suis pas ennuyée une seconde. C’est vrai que toutes les explications concernant la nature des gobelins (ou « mouryou ») peuvent rebuter, mais si on s’intéresse à cette partie de la culture japonaise c’est passionnant, et de toute manière pertinent par rapport à l’intrigue. Deux thèmes principaux sont abordés : la confrontation entre la science et l’occulte (la voie de la raison ne se trouve pas forcément dans le camp où on l’attend) et l’obsession de la perfection, avec en trame de fond le spectre de la seconde guerre mondiale et la découverte de ce qui a été expérimenté. L’intrigue peut paraître complexe et dispersée, mais rien n’est là par hasard et la fin apporte une superbe conclusion qui répond à toutes les questions posées. J’ai revu certains épisodes plusieurs fois pour réfléchir au mystère, il fascine et fait beaucoup travailler les méninges. Impeccable.

Ma note : 10/10

Yama no Susume (2013/2018)

Par : 8bit, Yuusuke Yamamoto, Yuusuke Matsuo

12 épisodes (5 min) + 37 épisodes (15 min)

PV

Aoi est très timide. Elle passe son temps à faire de l’art & craft dans son coin et à éviter les situations sociales angoissantes. Son quotidien est bouleversé quand son amie d’enfance Hinata, au caractère opposé au sien, se retrouve dans la même classe qu’elle au lycée et l’embarque dans sa passion : la randonnée en montagne. 

Des animes de petit format avec des filles mignonnes qui tournent en rond peuvent finir par me lasser, mais quand le groupe a un leit-motiv central repris dans chaque épisode (ici la randonnée en montagne) ça aide à rendre les choses plus intéressantes. Commencé en 2013 avec une toute petite saison, Yama no Susume est devenu avec les années un classique du genre qu’il serait dommage de négliger, surtout qu’il ne demande pas un investissement temporel fou. La première saison se regarde en une demi-heure, et les deux suivantes ont un format court plus standard de 15 minutes par épisode. Si la première ne va pas beaucoup plus loin que la présentation des filles et de leurs premières expériences limitées, la seconde saison a plus de temps pour présenter des randonnées longues et ardues, et la troisième explore la psychologie de ses deux héroïnes et leur évolution à travers leurs expériences. La qualité impressionnante de l’animation combinée à celle de l’écriture en font un divertissement particulièrement agréable, et surtout très consistant. 

NB : Si vous le pouvez, regardez l’OVA Omoide Present entre la seconde et la troisième saison, elle est adorable et ce serait dommage de s’en priver. 

Ma note : 8/10

Asobi Asobase – Workshop of Fun (2018)

Par : Lerche, Seiji Kishi, Yuuko Kakihara, Keiko Kurosawa

12 épisodes

PV

Née de parents américains et élevée au Japon, Olivia est nulle dans la langue de Shakespeare mais fait croire à ses camarades qu’elle est douée pour se donner un genre. Son plan se retourne contre elle quand une certaine Kasumi lui demande de l’aide pour améliorer son anglais. Avec leur amie Hanako, elles finissent par fonder un club de jeu plus ou moins illégal où elles trompent l’ennui entre les cours.

Si devant un énième anime de lycéennes mignonnes qui font des trucs mignons vous pensez « c’est choupi tout ça mais mes années lycées étaient bien plus trash », essayez Asobi Asobase. Les héroïnes de ce show sont des ados de quinze ans dans toute leur splendeur : elles s’ennuient à mort, ont envie d’être populaires et/ou de s’intégrer pour survivre, et leur petit cercle de jeu naît de ces sentiments. Elles ont leurs contradictions, qui servent de base à beaucoup de gags : la « douce » et belle Olivia raconte des mensonges par peur d’être ostracisée, Hanako est une fille à papa désespérée d’être populaire mais tellement déconnectée de la réalité qu’elle échoue systématiquement, et Kasumi est une fausse fille modèle qui peut être incroyablement cynique et mauvaise joueuse quand elle est provoquée. Ajoutez à ça une prof naïve qui ne sait pas trop ce qu’elle fait là, un majordome collant qui peut émettre des lasers avec ses fesses, d’autres personnages plus ou moins loufoques et vous avez une comédie improbable et définitivement hilarante.

Tous les gags ne sont pas du meilleur goût, mais comme les filles sont d’emblée établies comme des ignorantes égocentriques aux intentions douteuses, le spectateur n’est jamais poussé à prendre leur parti ou à partager leur vision étriquée des choses. C’est le genre de comédie où l’on rit des personnages plutôt qu’avec eux, et ça permet au réalisateur de pousser le ridicule dans ses derniers retranchements. Seiji Kishi et son staff se sont surpassé pour cette adaptation, ils ont donné vie aux effroyables dessins du manga avec beaucoup de talent. Et il faut saluer la performance de la jeune Hina Kino dans le rôle d’Hanako, ultime trashlord. Tous les doubleurs font un excellent travail, mais Hina Kino est la vraie star du show, elle s’investit à 200% dans les moindres répliques et pousse son personnage vers des sommets de rage hystérique qui m’ont fait pleurer de rire.

En conclusion, Asobi Asobase est une comédie hilarante qui laisse rarement repartir son spectateur sans un bon fou rire, et je ne dirais pas non à une suite !

Ma note : 8/10