Asobi Asobase – Workshop of Fun (2018)

Par : Lerche, Seiji Kishi, Yuuko Kakihara, Keiko Kurosawa

12 épisodes

PV

Née de parents américains et élevée au Japon, Olivia est nulle dans la langue de Shakespeare mais fait croire à ses camarades qu’elle est douée pour se donner un genre. Son plan se retourne contre elle quand une certaine Kasumi lui demande de l’aide pour améliorer son anglais. Avec leur amie Hanako, elles finissent par fonder un club de jeu plus ou moins illégal où elles trompent l’ennui entre les cours.

Si devant un énième anime de lycéennes mignonnes qui font des trucs mignons vous pensez « c’est choupi tout ça mais mes années lycées étaient bien plus trash », essayez Asobi Asobase. Les héroïnes de ce show sont des ados de quinze ans dans toute leur splendeur : elles s’ennuient à mort, ont envie d’être populaires et/ou de s’intégrer pour survivre, et leur petit cercle de jeu naît de ces sentiments. Elles ont leurs contradictions, qui servent de base à beaucoup de gags : la « douce » et belle Olivia raconte des mensonges par peur d’être ostracisée, Hanako est une fille à papa désespérée d’être populaire mais tellement déconnectée de la réalité qu’elle échoue systématiquement, et Kasumi est une fausse fille modèle qui peut être incroyablement cynique et mauvaise joueuse quand elle est provoquée. Ajoutez à ça une prof naïve qui ne sait pas trop ce qu’elle fait là, un majordome collant qui peut émettre des lasers avec ses fesses, d’autres personnages plus ou moins loufoques et vous avez une comédie improbable et définitivement hilarante.

Tous les gags ne sont pas du meilleur goût, mais comme les filles sont d’emblée établies comme des ignorantes égocentriques aux intentions douteuses, le spectateur n’est jamais poussé à prendre leur parti ou à partager leur vision étriquée des choses. C’est le genre de comédie où l’on rit des personnages plutôt qu’avec eux, et ça permet au réalisateur de pousser le ridicule dans ses derniers retranchements. Seiji Kishi et son staff se sont surpassé pour cette adaptation, ils ont donné vie aux effroyables dessins du manga avec beaucoup de talent. Et il faut saluer la performance de la jeune Hina Kino dans le rôle d’Hanako, ultime trashlord. Tous les doubleurs font un excellent travail, mais Hina Kino est la vraie star du show, elle s’investit à 200% dans les moindres répliques et pousse son personnage vers des sommets de rage hystérique qui m’ont fait pleurer de rire.

En conclusion, Asobi Asobase est une comédie hilarante qui laisse rarement repartir son spectateur sans un bon fou rire, et je ne dirais pas non à une suite !

Ma note : 8/10

Publicités

2 réflexions sur « Asobi Asobase – Workshop of Fun (2018) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s